>>> Retour au site arts plastiques

INSPIRATION

LA QUESTION DE L’INSPIRATION
Rarement évoquée avec les enfants,  la question de l’inspiration me semble fondamentale, car elle  est à la base de la démarche créative.
Traiter de ce sujet a en outre une fonction démystifiante. Il s’agit de montrer que  l’inspiration n’est pas un don réservé à une élite.

Patrick Straub

REMERCIEMENTS : Je tiens à remercier Benoît Fabacher, animateur au centre de classes vertes à la Hoube, qui a mis en oeuvre la démarche proposée et qui m'a fait parvenir des images de réalisations.

 

RENCONTRER - CONNAITRE

« Je ne sais pas quoi dessiner, quoi peindre, quoi faire … »
Et si ce que l’on considère,  parfois trop rapidement ,  de manque de désir ou de motivation de la part des enfants n’était pas simplement un manque d’inspiration ? Tous les créateurs connaissent ce syndrome. 
Quand ils sont ainsi bloqués dans leur imagination (littéralement, leur capacité à créer des images) les artistes ont parfois recours à des « trucs ». 
Max Ernst, par exemple,  a utilisé la technique du frottage.  Les frottages obtenus, il les a  ensuite transformés en les combinant entre eux ou en les intégrant dans ses peintures.
Personnellement  lorsque je ne sais pas quoi « imaginer »,  je regarde autour de moi  et je cherche quelque chose qui pourrait m’inspirer. En fait,  je cherche l’inspiration. La polysémie de ce mot est au demeurant significative.
Qu’est-ce que l’inspiration ?  C’est faire rentrer à l’intérieur quelque chose qui est extérieur.
Comme pour la respiration pulmonaire,  l’inspiration artistique est suivie d’une phase d’expiration que l’on appelle l’expression. 
Lorsque  je suis en panne d’inspiration,  je reproduis une structure naturelle en utilisant différents matériaux ou techniques.
La reproduction de structures naturelles n’est toutefois pas une finalité,  bien qu’elle puisse l’être ! Elle est  souvent la base d’une réflexion qui commence.
Cette réflexion est souvent engendrée par l’action. Ce qui au départ n’est parfois qu’un exercice formel devient un sujet de méditation sur les relations visibles et invisibles qu’entretiennent les éléments entre eux, y compris avec nous-mêmes.

Pour illustrer ce propos, je vais m’appuyer sur un travail que j’ai réalisé que j’ai intitulé « Cercles de croissance ».

Cercles de croissance © Pstraub 2015

L’élément déclencheur de ce travail a été  une souche. En passant à côté d’un arbre  fraîchement  tronçonné je me suis surpris à compter l’âge de l’arbre comme je le faisais quand j’étais enfant.
L’idée m’est alors venue de reproduire cette structure concentrique. N’ayant aucun matériau à ma disposition j’ai décidé de « l’imprimer » à même le pré en « couchant » les herbes qui pointaient dans une zone marécageuse.
Cette activité plutôt fastidieuse et finalement très peu créative m’a soudain ouvert des portes insoupçonnées :
J’ai d’abord pensé aux arbres qui grandissent au rythme annuel : un cerne par an,  exactement comme la Terre qui tourne autour du soleil !  Ces mises en abîme microcosmiques me fascinent !
Dans un second temps, j'ai levé les yeux et j'ai regardé le paysage. C’est là que j’ai réalisé que chaque fois que je faisais un cercle j’avais une vision circulaire sur mon environnement.
Cette prise de conscience m’a en outre  rapproché de Spriral Jetty de Robert Smithson . J’ai compris que la  vision à 360 degrés qu’offre sa spirale aux spectateurs qui s’y engagent fait partie intégrante de l’œuvre.

RENCONTRER

Présenter «  Cercles de croissance » .  
Raconter comment elle a été réalisée ( voir ci-dessus)
Évoquer la question de l’inspiration : les « trucs » ou les techniques créatives utilisées par les artistes.
Montrer des œuvres d’Andy Goldsworthy qui « reproduisent » les méandres d’un fleuve.
Montrer également « Lignes vagues »  où les graphismes dessinés sur la plage reprennent  en échos la ligne ondulatoire des vaguelettes.


Lignes vagues © Pstraub 2015

PRATIQUER
S’inspirer de son environnement : reproduire une forme ou une structure.

Mode opératoire :

Repérer un élément naturel et essayer de le reproduire : une branche de sapin, une feuille d'arbre, un papillon, une fleur ...
Demander aux élèves de vous dire ce qu'ils veulent "reproduire" avant qu'ils ne commencent.
Laisser faire.
intervenir éventuellement sur le mode interrogatoire sur les éventuels problèmes de contrastes ou d'environnement perturbateur ( les alentours doivent être "propres" )

Exemples de réalisations

Le début d'une réflexion

Se rappeler que la production n'est pas toujours une fin en soi.
Essayer de prolonger la réflexion en amenant l'élève à dire ce qu'il a fait.
Faire nommer les matériaux choisis, justifier les choix (les feuilles ressemblent à des pétales, mais également à des ailes de papillons ... ).
Profiter de l'occasion pour utiliser un vocabulaire notionnel : symétrie, contraste...

 

RENCONTRER : LES HOMMAGES

Les oeuvres des artistes sont aussi des sources d'inspiration.
Pour éviter le simple "à la manière de..." il est préférable d'inciter les élèves à s'inspirer d'oeuvres situées en dehors du champ du land art.

Ce type de réalisations inspirées d'oeuvres d'art évitent le plagiat en annonçant clairement la filiation sous la forme d'un hommage.

J'ai moi-même réalisé quelques hommages dans le cadre de mon travail personnel.

Mode opératoire

  • Collectionner des images d'oeuvres ( cartes postales, tirages en couleurs ou en noir et blanc collés sur un support rigide)
  • Laisser choisir ou distribuer les oeuvres au hasard.
  • Proposer aux élèves de réaliser une composition avec des éléments naturels "à partir" de l'oeuvre inductrice.

NB Si la réalisation n'est pas forcément une copie de l'oeuvre, elle doit toutefois présenter des points communs clairement identifiés.

Intérêt pédagogique

J'entends déjà certaines voix s'élever contre cette forme dissimulée du fameux " à la manière de..." à tort sans aucun doute !
Cette approche présente de nombreux avantages :

  • Elle ouvre l'horizon culturel sur d'autres oeuvres.
  • Elle offre l'opportunité d'une analyse formelle des oeuvres ( transposition oblige).
  • Elle amène l'élève à considérer les matériaux naturels comme des matériaux plastiques.
  • Elle stimule la créativité des élèves ( Eh ! Oui ! ) en les obligeant à trouver des matériaux ou des systèmes substitutifs qui les relient aux oeuvres de référence.

NB Pas mal ! Au final plus riche que les "compositions pizzas" !

Quelques réalisations en exemple


Arbre, hommage à Gustave Klimt


Hommage à Keith Haring

 


Hommage à Sonia Delaunay

Emancipation !


Cette réalisation est caractéristique de l'évolution que l'on peut espérer à partir structure graphique inspirée par une oeuvre inductrice.
S'il y a bien "copie" dans un premier temps on voit clairement que la créativité des élèves reprend la main dans la suite du travail.
Pari gagné !

 

>>> Retour au site arts plastiques

Lien vers Art Terre, la nature en projets : Une nouvelle approche du land art à l'école et ...en-dehors !

>>> Contact